Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


30 novembre 1964


"...La bestialidad imperialista. Bestialidad que no tiene una frontera determinada ni pertenece a un país determinado. Bestias fueron las orlas hitleristas, como bestias son los norteamericanos hoy, como bestias son los paracaidistas belgas, como bestias fueron los imperialistas franceses en Argelia. Porque es la naturaleza del imperialismo la que bestializa a los hombres, la que la convierte en fieras sedientas de sangre, que estan dispuestas a degollar a asesinar, a destruir hasta la última imagen de un revolucionario y un partidario de un régimen que haya caído bajo su bota o que luche por su libertad ... La estatua que recuerda a Lumumba, hoy destruida pero mañana reconstruida, nos recuerda tambien la historia tragica de ese martyr de la revolucion del mundo, que no se puede confiar en el imperialismo, pero ni tantito asi, nada "


" ... la bestialité de l'impérialisme, bestialité qui n'a pas de frontière précise et qui n'appartient pas à un pays déterminé. Les hordes hitlériennes se sont conduites comme des bêtes féroces, les américains d'aujourd'hui se conduisent comme des bêtes féroces, les parachutistes belges se conduisent comme des bêtes féroces, comme les impérialistes français en Algérie parce que il est dans la nature de l'impérialisme de transformer les hommes en bêtes, d'en faire des bêtes féroces assoifées de sang qui sont disposées à égorger, assassiner, détruire jusqu'à la dernière image d'un révolutionnaire, d'un partisan d'un régime qui s'est retrouvé sous leur botte et qui lutte pour la liberté ... Et la statue qui perpétue le souvenir de Lumumba - aujourd'hui détruite et reconstruite demain - nous rappelle aussi, avec l'histoire tragique de ce martyr de la Révolution mondiale, que l'on ne peut pas faire confiance à l'impérialisme, même pas un tout petit peu, en rien."


Ernesto Che Guevara

Tag(s) : #Discours et Débats

Partager cet article

Repost 0