Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Les richesses pétrolières du Soudan


La China National Petroleum Company (CNPC) de Pékin est le plus gros investisseur étranger au Soudan, avec quelques 5 milliards de dollars dans le développement de champs pétroliers. Depuis 1999, la Chine a investi au moins 15 milliards de dollars au Soudan. Elle possède 50% d'une raffinerie de pétrole, près de Khartoum, en partage avec le gouvernement soudanais. Les champs de pétrole sont concentrés dans le Sud, localisation d'une guerre civile qui couvait depuis longtemps et en partie financée secrètement par les Etats-Unis pour couper le sud du nord islamique, dont le centre se trouve à Khartoum.

La CNPC a construit un oléoduc qui relie le sud du Soudan à un nouveau terminal à Port Soudan sur la Mer Rouge, où le pétrole est chargé dans des tankers à destination de la Chine. Huit pour-cent du pétrole chinois provient désormais du sud du Soudan. La Chine prend 65 à 80% de la production soudanaise qui s'élève à 500.000 barils/jour. L'année dernière, le Soudan était la quatrième source de pétrole étranger de la Chine.

En 2006, la Chine a dépassé le Japon pour devenir le deuxième plus gros importateur de pétrole après les Etats-Unis, important 6,5 millions de barils d'or noir par jour. Avec sa demande de pétrole qui croît de 30% par an, selon les estimations, la Chine dépassera les Etats-Unis dans quelques années pour la demande de pétrole importé. Cette réalité est le moteur de la politique étrangère de Pékin en Afrique.

Si l'on jète un œil sur les concessions de pétrole au Sud-Soudan, on voit que la compagnie pétrolière chinoise, la CNPC, détient des droits sur le bloc 6, qui enjambe le Darfour, près de la frontière avec le Tchad et la République Centrafricaine. En avril 2005, le gouvernement soudanais a annoncé qu'il avait trouvé du pétrole au sud du Darfour, estimé à 500.000 barils/jour après l'aménagement des installations. La presse mondiale a oublié de rapporter ce fait essentiel dans ses analyses sur le conflit au Darfour.


Source : Asia Times Online Ltd, traduction : JFG/QuestionsCritiques
Tag(s) : #Dossier du mois

Partager cet article

Repost 0