Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marchands de mort


Les Etats-Unis, agissant par l'entremise d'alliés se substituant à eux, au Tchad et dans les Etats voisins, ont formé et armé l'Armée Populaire de Libération du Soudan, dirigée jusqu'à sa mort en juillet 2005 par John Garang, formé à l'école des Forces Spéciales Américaines à Fort Benning, en Georgie.

En déversant des armes, d'abord dans le sud-est du Soudan et, depuis la découverte de pétrole au Darfour, dans cette région aussi, Washington a alimenté le conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts et conduit plusieurs millions de personnes à quitter leurs maisons. L'Erythrée accueille et soutient l'Armée Populaire de Libération du Soudan (APLS), le groupe d'opposition collectif AND [Alliance Nationale Démocratique] et les rebelles du Front de l'Est et du Darfour.

Il y a deux groupes rebelles qui combattent dans la région soudanaise du Darfour contre le gouvernement central du Président Omar al-Bashir — Le Mouvement de la Justice pour l'Egalité et l'Armée de Libération du Soudan (ALS), plus importante.

En février 2003, l'ALS a lancé des attaques contre des positions du gouvernement soudanais dans la région du Darfour. Le secrétaire-général de l'ALS, Minni Arkou Minaoui, a appelé à la lutte armée, accusant le gouvernement de se désintéresser du Darfour. "L'objectif de l'ALS est de créer un Soudan uni et démocratique." Autrement dit, le changement de régime au Soudan.

Le Sénat américain a adopté une résolution en février 2006 demandant l'envoi de troupes de l'Otan au Darfour, ainsi qu'une force des Nations-Unies de maintien de la paix plus étoffée, dotée d'un mandat solide. Un mois plus tard, le Président George W. Bush réclamait aussi des forces additionnelles de l'Otan pour le Darfour. Génocide ? Ou pétrole?

Le Pentagone a été fort occupé à entraîner des officiers militaires africains aux Etats-Unis, tout comme il avait entraîné des officiers latino-américains pendant des dizaines d'années. Son programme International d'Education Militaire et d'Entraînement a prodigué l'entraînement d'officiers militaires, venant du Tchad, d'Ethiopie, d'Erythrée, du Cameroun et de République Centrafricaine.

Une grande partie des armes qui ont alimenté la tuerie au Darfour et au sud ont été introduites par des "marchands de mort" privés, troubles et protégés. Parmi ceux-ci, le célèbre ex-agent du KGB, Victor Bout, dont les bureaux se trouvent désormais aux Etats-Unis et qui a été cité à plusieurs reprises ces dernières années pour vente d'armes dans toute l'Afrique. Les responsables du gouvernement américain le laissent étrangement faire ses opérations au Texas et en Floride, bien qu'il soit recherché par Interpol pour blanchiment d'argent.

L'aide américaine au développement pour l'ensemble de l'Afrique sub-saharienne, qui inclut le Tchad, a été sévèrement réduite ces dernières années, tandis que l'aide militaire américaine a augmenté. Le pétrole et la course aux matières premières stratégiques en est la raison claire. La région du Sud-Soudan, depuis le Haut Nil jusqu'à la frontière tchadienne, est riche en pétrole. Washington le savait longtemps avant le gouvernement soudanais.

Source : Asia Times Online Ltd, traduction : JFG/QuestionsCritiques
Tag(s) : #Dossier du mois

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :