Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" Quand la vie ne tient qu'à un fil … c'est fou le prix du fil"
 
Daniel Pennac : écrivain français né au Maroc


Cette citation décrit très bien la valeur qui n'a pas de prix et du rôle primordiale du médecin réanimateur ; le dernier fil qui relie grâce à Dieu le corps à l'âme … la dernière chance, l'ultime carte à jouer … Hier, je l'ai vu faire face à la mort de son patient, aux angoisses terrifiants et aux questions épineuses de la famille et à son propre stress pour faire durer le plus longtemps possible la vie !

J'aimerais bien que vous vous mettiez à sa place … il est disponible à n'importe quel heure … on l'appelle et après quelques minutes, il est là … en face de lui , quelqu'un qui est entrain de perdre la vie … entrain de mourir … autour de lui , des personnes qui ne savent pas quoi faire … qui le regardent et le supplient de faire quelque chose , qui n'ont après dieu que lui et qui n'invoque après dieu que lui … Après dieu c'est lui qui sait … et après dieu c'est lui qui décide … son travail commence quand finit celui des autres … il est le précieux fil qui doit maintenir la liaison de cet homme avec son monde , sa famille et son corps …

Je les appelle les " Super médecins " parce qu'ils ont été formés pour sauver des vies et non pour guérir des maladies … quand il est dur d'avancer ce sont les durs qui avancent, et quand il n'y plus d'espoir, quand les autres médecins baissent les bras, ce sont eux, les réanimateurs qui interviennent pour éviter l'inévitable et affronter l'imbattable ; la mort … ils échouent plusieurs fois mais il suffit qu'ils échappent une seule fois à la fin inéluctable pour qu'ils jouissent d'un bonheur et d'une satisfaction professionnelle incomparable … parce que celui qui sauve une vie est semblable à celui qui sauve toutes les vies humaines c'est ainsi qu'il a été dit dans le coran !

Hier, le super médecin m'a fasciné par ses reflexes qui témoignent de sa compétence scientifique et par ses décisions décisives qui ont sauvé, grâce à la miséricorde de dieu, le premier patient … un homme de la soixantaine qui a perdu beaucoup de sang à cause d'une hémorragie … j'enviais Al'Ajer et les invocations de la familles que notre médecin a collecté … j'ai voulu lui ressembler … mais … mais … mais , il m'a déçu … le super médecin m'a profondément touché quand il a laissé tomber le second qui contrairement au premier n'avait pas de quoi payer … notre super héro a donné un prix à la vie humaine … il a donné un cout à son travail … il a matérialisé l'immatériel … il a tout gâché … finalement Daniel Pennac avait raison, le fameux fil à qui tient la vie a un prix fou : 2500 Dh par nuit dans une salle de réanimation … le pauvre homme ne les avait pas … il n'a pas été réanimé … il a quitté le privé pour rejoindre ses frères , les misérables à l'hôpital public dans l'espoir de trouver un médecin compétent et réveillé et une place en réanimation – chose qui est très improbable - … je crains qu'il soit mort … je le crains pour notre super médecin … parce que celui qui tue une vie et semblable à celui qui tue toutes les vies humaines comme le dit notre saint coran aussi !!

Mes confrères pensent que je ne suis pas réaliste ... que je mélange le travail avec le social ... que je ferais faillite dès le premier jour si je continue à raisonner comme ça ... que le réanimateur avait tout à fait raison de ne pas le prendre en charge même s'il était en état critique parce que les machines , la pharmacie , et le personnel coutent de l'argent … qu'il ne va pas quand même payer tout ça de sa poche … ils m'ont sorti un tas d'arguments qui réduisent la vie et l'âme humaine à une chose qui dépend de plusieurs choses … ils se comparent et veulent ressembler aux menuisiers et aux plombiers qui ne peuvent travailler sans être payé … eux qui viennent de jurer par un grand serment et au nom d'Allah qu'il ne vont pas être influencés par la soif du gain ou la recherche de la gloire au dépend de vies humaines …

A mes confrères qui ont oublié les règles de la médecine , je leur rappelle ce qu'ils ont attesté quelques minutes avant de devenir médecins … pour qu'ils se rendent compte que ce n'est pas moi qui parle comme une blonde habillée en rose qui trouve le monde injuste et analyse superficiellement les choses mais que c'est eux qui ont perdu leurs conscience et oublié les principes de leurs métiers pour satisfaire des besoins illusoires qu'ils croient necessaires dans l'ère du capitalisme et du matérialisme sauvage :


"Au moment d'être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité.Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité. J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis(e) dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances.Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission.Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité. Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j'y manque».
Tag(s) : #Je pense -Donc j'ecris

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :