Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" ... Le corps humain se trouve, sur l’échelle des grandeurs à mi-chemin entre l’atome et l’étoile. Suivant les objets auxquels on le compare, il apparait grand ou petit. Sa longueur est équivalente à celle de deux cent mille cellules des tissus, ou de deux millions de microbes ordinaires, ou de deux milliards de molécules d’albumine placées bout à bout. Par rapport à un atome d’hydrogène, il est d’une grandeur impossible à imaginer. Mais, comparé à une montagne, ou à la terre, il devient minuscule. Pour égaler la hauteur du mont Everest, il faudrait placer, debout les uns sur les autres plus de quatre mille hommes. Le méridien terrestre équivaut approximativement à vingt millions de corps humains disposés les uns à la suite des autres. On sait que la lumière parcourt en une seconde environ cent cinquante millions de fois la longueur de notre corps, et que les distances interstellaires se mesurent en années de lumière. Aussi notre stature, rapportée à ce système de références devient-elle d’une inconcevable petitesse. C’est pourquoi les astronomes Eddington et Jeans, dans leurs ouvrages de vulgarisation, réussissent-ils toujours à impressionner leurs lecteurs en leur montrant la parfaite insignifiance de l’homme dans l’univers. En réalité, notre grandeur ou notre petitesse spatiale n’ont aucune importance. Car ce qui est spécifique de nous-mêmes ne possède pas de dimensions physiques. La place que nous occupons dans le monde ne dépend certainement pas de notre volume."

L'homme, cet inconnu ; Page 100-101 ; Alexis Carrel
Tag(s) : #je bouquine ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :